Questionnements

Gestion du stress et de l’anxiété


Le stress et l'anxiété sont aujourd'hui reconnus comme des problèmes majeurs de santé. Si les troubles anxieux sont identifiés depuis le XIXe siècle, l'anxiété liée au stress a émergé ces dernières décennies et est en constante augmentation.


L'organisation actuelle de notre société génère beaucoup de stress qui retentit sur l'équilibre psychologique et le bien-être de nombreux de nos concitoyens. De plus en plus de personnes recherchent une aide de la part de professionnels. La prise en charge des troubles de l'anxiété est principalement psychologique et implique qu’une personne agisse face à ses symptômes et leurs conséquences avec l’aide d’un thérapeute.


L'approche comportementale, cognitive et émotionnelle permet de transmettre des outils pratiques aux personnes qui peuvent ensuite les utiliser par elles-mêmes. Ces techniques ne se limitent pas à la réduction des symptômes, mais permettent d'agir également sur les sources de l'anxiété comme la personnalité, les émotions, les problèmes liés aux événements stressants, les relations avec l'entourage…


Des outils pratiques de prise en charge reposant sur des données scientifiques existent. Ces données essentielles permettent de comprendre ce vaste sujet du stress et de l’anxiété. Des thérapies spécifiques ont été développées pour les attaques du trouble panique, pour l'agoraphobie, pour les phobies spécifiques, les phobies sociales, les troubles de l'anxiété généralisée et le trouble de l'adaptation avec anxiété.


L'anxiété n'est pas pathologique en soi et s'inscrit dans le registre émotionnel humain normal. Sa fonction est multiple et complexe.


L’anxiété s'exprime sur différents registres :


physiologiques ;

psychologiques ;

émotionnels ;

comportementaux.


L'anxiété physiologique permet de détecter un danger et de préparer les comportements de défense. L'anxiété physique, cognitive et émotionnelle met en jeu différentes fonctions d'évaluation, de perception, de traitement de l'information et de mémorisation. L'anxiété est donc un facteur d'adaptation permettant de faire face aux situations de danger et d'urgence. Elle est nécessaire face à l'agression, aux performances et aux épreuves. Elle paraît indispensable à l'action, l'apprentissage, la prise de décision et la performance. À partir d'un certain degré, l'anxiété devient pathologique dans le sens où elle devient pénible et envahissante et, au contraire, inhibe et entrave le sujet dans son adaptation face au monde environnant.


L'anxiété est souvent rapprochée de la peur décrite, chez l'animal et chez l'homme, comme une alarme biologique permettant de lutter ou de fuir face au danger. La peur est envisagée comme un mécanisme utile pour la survie. Existant chez l'homme et chez l'animal, elle a pour rôle de mobiliser l'organisme pour faire face au danger si un certain seuil est dépassé.


La distinction entre la peur et l'anxiété est basée sur la présence ou non d'un danger, l'anxiété survenant en dehors de toute menace environnementale objective. La peur est dirigée vers quelque chose, l'angoisse est sans objet. La peur est constituée par une réaction de défense (immobilisation ou fuite) à l'égard d'un objet présent, tandis que l'angoisse ou l'anxiété préfigure dans sa structure un danger à venir, et par là même, plus vague, incertain, mystérieux et lancinant.


Les termes employés autour de l'angoisse, comme la peur, l'inquiétude ou la crainte ont chacun leur particularité et il est parfois difficile de tracer les limites entre eux.


La menace dans l'anxiété ne se limite pas au danger qui met en jeu l'intégrité physique d’une personne. Des situations menaçantes, complexes, peuvent déclencher une anxiété comme la séparation avec les figures d'attachement, la confrontation à la nouveauté et à l'incertitude, et de nombreuses situations de conflit.


Ces conflits résultent d'une opposition entre des besoins « internes » contradictoires, ou entre un besoin « interne » et des contraintes de l'environnement.


Ils sont activés plus ou moins directement par des stress actuels ou anciens. L'anxiété liée à des stress de la vie, comme les difficultés professionnelles, financières, familiales ou les maladies, est légitime et compréhensible.


Il existe en effet de véritables « maladies de l'anxiété » qui sont surtout caractérisées par la persistance dans le temps de leurs manifestations et par leur retentissement dans la vie d’une personne.


Cette persistance dans le temps implique que la souffrance subjective éprouvée mène à un handicap social et/ou professionnel.


Lorsque l'anxiété atteint une intensité telle qu'elle entrave la vie quotidienne d’une personne, qu'elle échappe à son contrôle, nous sommes dans le cadre d’une anxiété pathologique, qui doit être évaluée à partir de critères diagnostiques aussi précis que possible afin d’être prise en charge.


Stéphanie Fink et Pascal Patry

Navigation Ateliers Accompagnement Plan du site Mentions légales Les grands dossiers Contact Articles Questionnements Tables rondes