Accompagnement - Méthodes scientifiques

Thérapie de soutien

Psychothérapie

Groupe de parole


Une technique thérapeutique est un protocole utilisé au sein d'une activité psychothérapeutique et destiné à favoriser un objectif fixé.











Un modèle thérapeutique est un système possédant des théories et une logique propre, qui permet d'expliquer l'objet d'étude considéré. Le modèle thérapeutique donne lieu à une pratique, comprise comme la mise en application du savoir issu du modèle.

_____________


• Nous pouvons proposer une thérapie de soutien qui est une démarche de suivi d'une personne qui consiste en un travail d'ac­compagnement dans « l'ici et maintenant », afin de la soutenir lorsqu’elle est aux prises avec une/ou des difficultés précises, difficultés souvent consécutives à certaines circonstances.












Toute situation de difficulté dans la vie d’une personne n’engage pas forcément une évaluation globale de sa dynamique psychique. Une psychothérapie visant à un changement profond n’est pas toujours indiquée. La thérapie de soutien est une modalité spécifique à des situations en lien avec la santé comme une difficile acceptation d'une situation d'hospitalisation, une situation d’anxiété avant des examens, une difficulté d'adaptation à une pathologie, l’annonce d'une maladie grave, le soutien aux proches d'un patient hospitalisé.


La thérapie de soutien est aussi préconisée dans l’accompagnement de personnes en réinsertion sociale, de procédure de divorce, de temps post-décès du conjoint, d’enfant en difficulté scolaire, de violence conjugale, etc.


Deux approches peuvent être utilisées dans la thérapie de soutien :


L’orientation psychanalytique

L’approche humaniste


L’approche humaniste a été élaborée par Carl Rogers.









Ce qui motive le suivi dans la thérapie de soutien est connu et formera l'essentiel du travail : stress, problème conjugal, addiction, etc. Il peut cependant arriver que le matériel psychique mobilisé chez la personne soit plus important que prévu (données transgénérationnelles qui émergent, etc.) ou que des troubles nécessitant une approche plus introspective se fassent jour (dépression masquée, etc.).


La thérapie de soutien peut alors devenir une prise en charge psychothérapeutique.


Carl Rogers est celui qui a développé la notion de relation d'aide ; le dispositif qu'il a mis en place est particulièrement adapté à la thérapie de soutien.


La prise en charge de la personne est basée à la fois sur des techniques communicationnelles, mais surtout des attitudes thérapeutiques. Ces attitudes constituent la base des suivis dits « centrés sur la personne », par essence non directifs. En effet, pour Carl Rogers, il s'agit d'établir une relation interpersonnelle constructive, susceptible d'aider la personne à retrouver son évolution positive. Le thérapeute a dans ce dispositif une place importante, au moins dans la construction de cette interrelation, puisque c'est essentiellement par son attitude qu'elle va se construire. Il doit se mettre en position d'écoute positive inconditionnelle, sans préjugés, et autant que possible de s'inscrire dans un mouvement empathique.











_______________


• La psychothérapie est une pratique de prise en charge psychologique d'un trouble psychique chez une personne ou plusieurs personnes, comme dans les psychothérapies de groupe.


Ce trouble psychique, pour lequel une consultation est demandée, peut être dû à un déséquilibre purement psychologique, ou en répercussion à un événement comme un deuil, l’annonce difficile d’un diagnostic, un traumatisme physique, etc.


Les procédures mises en place pour mener une psychothérapie relèvent de la mobilisation de capacités en lien avec l'esprit humain, dans un cadre approprié.


Une pratique psychothérapeutique est toujours soutenue par une base de données complète et universitaire en psychopathologie (400 heures minimum durant la formation).


Pour la psychanalyse, le travail sera soutenu par la métapsychologie. Pour les thérapies comportementales et cognitives par la psychologie cognitive, etc.


Toute consultation en psychothérapie est motivée par le désir d'un gain, et le plus souvent par un désir de changement.












La notion de changement regroupe trois notions :


une meilleure qualité de vie ;


une souffrance moins importante, ou mieux gérée ;


un bien-être psychologique.


Même si ces trois dimensions sont marquées par une grande subjectivité, la personne est l'experte du processus de changement. Même si elle est momentanément troublée, elle seule voit midi à sa porte comme on dit. Le thérapeute sera à ses côtés pour l’aiguiller dans son propre labyrinthe.


Le thérapeute est celui qui garantit ce qui est défini dans le cadre thé­rapeutique. Il peut bien sûr l'adapter si cela lui apparaît nécessaire, mais un certain nombre de données sont contrôlées par lui. Par exemple, la personne n’a pas le droit de détruire des objets dans le périmètre du cabinet de thérapie. Ailleurs non plus, mais particulièrement dans le cadre thérapeutique.


Si les dimen­sions qui constituent la notion de changement en thérapie sont marquées par une certaine subjectivité, cela ne veut pas dire pour autant que la personne elle-même ne se fixe pas des éléments objectifs qui lui signifieront que le changement s'est opéré.


_______________


• Le groupe de parole peut être perçu comme une forme de thérapie de soutien. Il s'agit d'un dispositif en groupe, qui peut s'adresser principalement :


à des personnes concernées par un même trouble ou une même pathologie (alcoolisme, cancer, etc.). Le groupe de parole n'est alors pas une approche exclusive pour ces patients et peut venir en complément de suivis thérapeutiques ou psychothérapeutiques en individuel ;


à des soignants (infirmiers, aides-soignants, médecins, etc.) qui assurent des prises en charge réputées difficiles (service d'onco-hématologie, soins palliatifs pédiatriques, etc.), ou qui travaillent dans un service au rythme intense, avec peu de temps par ailleurs de réflexion autour des pratiques (soins intensifs, réanimation, etc.).


Le groupe de parole réunit un ensemble de personnes à intervalle défini (hebdoma­daire ou mensuel, le plus souvent), pour une durée fixée. Le groupe est animé par un professionnel de la thérapie, qui assure à la fois un travail de dynamique de groupe, de facilitation de la parole et des émotions, et de gestion de la vie psychique groupale. Il est le garant des règles de fonctionnement de ce temps commun de parole et s'assure que chaque personne peut intervenir dans le respect de ses expressions, de ses convic­tions et de ses valeurs.


Le but de ces groupes est le partage autour de difficultés communes, afin que chacun puisse trouver de nouvelles ressources par rapport à ses difficultés.


Ce qui est visé dans un groupe de parole est une certaine catharsis émotionnelle ainsi qu'une élaboration psychique et intel­lectuelle commune où chaque personne ressort grandit de l’expérience groupale.

Navigation Ateliers Accompagnement Plan du site Mentions légales Les grands dossiers Contact Articles Questionnements Tables rondes